Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Impress : du hareng allemand au thon coréen

Henri Saporta

Sujets relatifs :

Spécialiste mondial des emballages métalliques pour les produits de la mer, Impress a mis en place une stratégie d'hyper-spécialisation. L'exemple des boîtes de thon du coréen Sajo montre qu'elle offre une grande réactivité.

La Mer du Nord ; une plage de sable noir ; une station balnéaire : Cuxhaven. Situé au nord de l'Allemagne en face du Danemark, ce port est dominé par la pêche industrielle et, plus précisément, par le hareng. Et les innombrables usines de conditionnement qui courent sur le port sont alimentées en boîtes métalliques et en fonds à ouverture facile par une usine d'Impress. Une usine largement dédiée au « seafood » selon l'organisation par marché de spécialités propre au fabricant d'emballages métalliques.

Leader mondial de cette spécialité avec une part de marché revendiquée de 27 %, Impress réalise 310 millions d'euros de chiffres d'affaires sur un total de 1,3 milliard - soit 16 % de ses ventes - sur ce secteur. En conséquence, de l'impression à l'emboutissage en passant par la réalisation des anneaux d'ouverture facile, l'usine assure l'ensemble de la chaîne de fabrication des emballages. Elle affiche un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros, tourne en continu et emploie 400 personnes.

La proximité joue un rôle déterminant, car la plupart des conserveries disposent d'une place très limitée qui n'autorise pas un stockage important des boîtes vides. Impress considère donc la logistique comme un service qui doit s'inscrire dans l'organisation de ses clients. Des clients de nature d'ailleurs fort différente : Impress livre, en effet, des usines totalement automatisées de la préparation des poissons au conditionnement et des usines où le remplissage des boîtes s'effectue à la main.

Si cette hyper-spécialisation peut sembler aller de soi sur des marchés matures comme les harengs en Europe du Nord, elle montre tout son potentiel sur des marchés plus neufs. D'autant plus qu'Impress, issu du rapprochement de l'emballage métallique du français Pechiney et de l'allemand Schmalbach-Lubeca, est historiquement un groupe européen. Il doit faire ses preuves dans le monde.

La Corée choisit Easy Peel

Exemple en Asie... Le marché de la Corée du Sud se caractérisait jusqu'à présent par des emballages basiques et traditionnels sans aucune valeur ajoutée. La fonctionnalité d'abord ! Reste que la différenciation par l'emballage se révèle être une tendance fondamentale dans tous les pays du monde. Le sud-coréen Sajo en a fait la preuve en dotant ses boîtes de thon de l'ouverture pelable Easy Peel qu'Impress a conçu il y a quelques années.

En fait, explique le fabricant d'emballages métalliques, cette évolution a eu lieu en plusieurs phases. Comme la Corée a tout d'abord durci ses lois relatives à la sécurité des produits, les industriels ont été amenés à réfléchir à leurs emballages. Dans cette logique, Sajo, l'un des leaders du marché coréen du thon, soucieux de conquérir de nouvelles parts de marché, a décidé de renouveler de sa gamme en adoptant un nouveau conditionnement. Comme cette évolution était appuyée par une campagne publicitaire, Sajo voulait un packaging de nature à faire une vraie différence auprès du consommateur tout en véhiculant les images de qualité et de fraîcheur. D'où le choix de l'Easy Peel.

Pour Impress, l'expérience acquise par la division Seafood sur les marchés européens a joué à plein. En effet, Impress a développé en moins de trois mois une boîte inédite sur ce marché. Et le 10 juillet 2004 est sorti, dans les supermarchés, un bol en aluminium en deux pièces imprimé en six couleurs et doté d'un couvercle pelable à ouverture facile. Une première coréenne pour Impress.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Coup de chaud pour les sachets de thé Yorkshire Tea

Coup de chaud pour les sachets de thé Yorkshire Tea

La marque de thé britannique a choisi de lancer des sachets biodégradables en juin 2018. Seul problème, la nouvelle méthode de scellage ne supporte pas la chaleur... – Tout partait d’une envie louable. Soucieux d’afficher un impact environnement[…]

19/12/2018 | BoissonsConditionnement
Catalent gonfle ses capacités de conditionnement

Catalent gonfle ses capacités de conditionnement

Burgopak sécurise l’étui

Sécurité sanitaire

Burgopak sécurise l’étui

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

Plus d'articles