Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Fûts, bidons et seaux

ANNE FRITSCH
Utilisés en premier lieu par les professionnels ou industriels, les grands et moyens contenants que sont les fûts, bidons et seaux doivent concilier les exigences de la logistique et de la sécurité, tout en offrant une fin de vie simple à gérer.

Quand le conteneur souple n'est pas adapté, liquides, poudres et granulés en quantités importantes sont conditionnés dans des fûts, des bidons ou des seaux. Nous parlons ici de conditionnements allant de quelques litres à quelques milliers de litres, et qui ont pour fonction d'approvisionner une usine chimique en acide sulfurique, une cantine scolaire en fromage blanc, un fabricant de crèmes glacées en arôme alimentaire, un atelier d'usinage en lubrifiant, ou encore un particulier en peinture. Les contenants métalliques offrent, par leur résistance, une sécurité maximale tout au long de la chaîne logistique. On y recourt notamment pour le transport de matières chimiques dangereuses, requérant des dispositifs particuliers comme l'ouverture intégrale, un fond bombé autorisant une vidange intégrale, ou des propriétés antistatiques obtenues avec des matériaux conducteurs, lorsque le contenu est facilement explosif.

Identification du contenu

Les industriels tentent, dans la mesure du possible, de réutiliser ces gros conditionnements, coûteux, dans un système de navette. Pour cela, le conteneur doit être facile à nettoyer et donc si possible à vidange totale. Il doit en outre être parfaitement identifié de façon à recevoir toujours le même contenu. La solution simple consiste à utiliser un code couleur avec des fûts métalliques peints, ou une coloration dans la masse lorsqu'il s'agit de plastique. En fin de vie, les emballages sont, en général, triés puis compressés avant d'être jetés, ou récupérés par un organisme spécialisé pour certains produits. La vidange totale évite des accidents ou des pollutions à ce stade.

L'étiquetage et la décoration sont toujours incontournables, mais lorsque les applications concernent le grand public (seaux de peinture, jerricans de pétrole pour les poêles de chauffage, bidons pour les lubrifiants automobiles...) ils méritent une attention particulière. Même pour les gros contenants, les techniques ne manquent pas. Les étiquettes classiques peuvent être remplacées ou complétées par un manchonnage qui, outre une décoration de l'ensemble de la surface, assure l'inviolabilité. Sur les fûts métalliques, on pratique essentiellement le vernissage, la pose d'étiquettes et le marquage par mordançage. Les seaux en plastique voient se développer le manchonnage, ou l'IML (In Mould Labelling) réalisé, c'est l'avantage, en même temps que l'élaboration du seau lui-même. Le mode de fermeture des gros contenants est crucial pour l'utilisateur, mais des solutions pratiques restent malheureusement encore à trouver. En effet, la facilité d'ouverture et la possibilité de refermeture sont bien souvent sacrifiés au bénéfice de la sécurité et de l'étanchéité. Ainsi sur les seaux métalliques, les couvercles crénelés, à encliqueter, ou à sertir sont assez rébarbatifs à retirer. Les contenants en matière plastique posent moins de souci. Les bidons et jerricans offrent le choix entre des bouchons jointés autojointants, à sécurité enfant, voire à fonction de dosage.

Guide d'achat : Fûts, bidons et seaux (tableau : voir PDF)

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un label Solar Impulse pour IpCube

Profession

Un label Solar Impulse pour IpCube

L’entreprise commercialise « un photocopieur de palettes ». - Une belle image plutôt qu’un long discours : IP3 Concept indique avoir inventé le « photocopieur de[…]

LPR ouvre une filiale en Roumanie

Investissements

LPR ouvre une filiale en Roumanie

Tosca étend son réseau en Europe

Investissements

Tosca étend son réseau en Europe

Ifco donne de l'air aux bananes

Technologie

Ifco donne de l'air aux bananes

Plus d'articles