Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Frantschach Coating et Heinz Glas repensent l'operculage sur verre

AF

Sujets relatifs :

 

Sceller un opercule sur du verre n'est pas simple. Pourtant, les pots de soins cosmétiques ont de plus en plus besoin d'étanchéité, pour garantir la durée de conservation qui sera bientôt réglementairement notifiée. Pour assurer l'accroche sur le verre, on dépose généralement un traitement organométallique sur le buvant du pot. Une solution éprouvée, mais qui oblige à réaliser les décors préalablement, limite le temps de stockage à un ou deux ans, et ne peut se contrôler que par prélèvement statistique destructif. Deux nouvelles voies ont été évoquées au congrès PCD qui s'est tenu les 27 et 28 janvier derniers. Le dépôt Perbuseal est un traitement inorganique développé par Heinz Glas, et déjà appliqué pour certaines références du groupe Beiersdorf. Le procédé revient à fondre une poudre de verre liée dans une huile alimentaire, sur le buvant du pot, par recuisson à 600 °C. L'opération est réalisée chez le verrier. Décor et scellage s'effectuent a posteriori, les temps de stockage étant a priori illimités. On scelle par conduction ou par induction. La force de pelabilité se module selon la largeur du buvant et les paramètres de scellage. Le traitement confère au buvant un aspect dépoli visible, qui se contrôle de façon non destructive par un système de vison. Heinz le réalise sur une ligne de son site de Kleintettau en Allemagne, avec une capacité de 500 000 pots par semaine, réservée à ses propres pots cosmétiques. Frantschach Coating propose, quant à lui, un complexe d'aluminium avec une enduction polymère brevetée qui rendrait le traitement du verre inutile ! Frantschach a lancé des partenariats en Europe avec les fournisseurs d'opercules Chadwicks et Derschlag, et procède à des essais avec la Manufacture lyonnaise du bouchage (MLB). Le réglage des paramètres de scellage semble être le point délicat. « Toutes choses égales par ailleurs, on doit travailler à une température inférieure de 30 °C environ à l'habitude en cas de scellage par conduction ou à puissance inférieure en scellage par induction », précise-t-on chez Frantschach. La pertinence du procédé doit être étudiée cas par cas, selon le produit conditionné. Dans notre supplément de mai, une enquête fera le point sur les techniques de préparation du verre en vue de son scellage.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

O-I acquiert près de la moitié d’Empresas Comegua

O-I acquiert près de la moitié d’Empresas Comegua

Le verrier américain a pris une participation de 49,7 % dans l’entreprise sud-américaine. – Présenté comme un leader de la fabrication d’emballages en verre pour les marchés de[…]

13/11/2018 | VerreAcquisitions
CCEP France investit à Socx

CCEP France investit à Socx

McCormick rénove son flacon à épices

McCormick rénove son flacon à épices

Heineken fait mousser son site marseillais

Heineken fait mousser son site marseillais

Plus d'articles