Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Films et housses

ANNE FRITSCH

Sujets relatifs :

, ,
Les housses, films étirables ou rétractables qui protègent les palettes, jouent un rôle irremplaçable dans la logistique. Ils subissent actuellement de plein fouet la hausse de prix des matières premières. Dans ces conditions, les références les plus techniques, et notamment les films pré-étirés, tirent leur épingle du jeu.

Qu'il s'agisse de constituer des lots de produits conditionnés par fardelage, de protéger un meuble ou de maintenir la charge palettisée, les films sont l'ultime rempart, celui qui garantit la cohésion du lot ou de la palette et protège des vicissitudes du transport et du stockage. La palettisation est, en effet, de loin, avec les applications agricoles, la principale destination des films en plastique. Lorsque les charges sont très importantes et la nécessité de résistance mécanique très élevée, on préfèrera les housses ou films thermorétractables, constitués d'une épaisseur de l'ordre de 125 microns de polyéthylène ou d'une structure multicouche de polyoléfines. Pour des produits palettisés ne supportant pas des températures de rétraction élevées, on trouve également des films en polychlorure de vinyle (PVC). La contrainte principale de ce mode de filmage réside, en effet, dans la nécessité d'un tunnel de rétraction, avec les coûts d'investissement et d'exploitation afférents.

Films pré-étirés

Plus répandus, les films étirables en polyéthylène assurent la cohésion grâce à leur mémoire élastique. Ils représentent un volume d'environ 100 000 tonnes en France et 800 000 tonnes en Europe. Comment choisir entre les films étirables « simples » d'une quinzaine de microns, les pré-étirables capables de subir un allongement de 200 voire 250 % au moment de la palettisation, et les pré-étirés de 8 à 10 microns ? Les premiers sont bien moins chers au kilo - c'est l'unité utilisée pour la vente. On devra choisir entre des films « cast », étirés longitudinalement, et des films extrudés en filière tubulaire, bi-orientés, qui présentent une meilleure résistance mécanique pour un prix supérieur de 25 % environ.

Cependant, ces films traditionnels présentent un rendement relativement faible question tenue mécanique. Ce qui n'est pas gênant lorsque le film a pour fonction d'assurer un maintien modeste, de masquer le contenu ou d'assurer l'inviolabilité. A performances mécaniques égales, on observe couramment des ratios de 1 à 2 sur le poids de matériau nécessaire pour filmer la palette selon le type de film utilisé. Les films pré-étirés sont indéniablement plus efficaces lorsque l'on a besoin d'un bon maintien. Les pré-étirables sont également performants mais supposent que chaque machine soit équipée d'un bloc de pré-étirage bien réglé. Pour trancher, rien ne vaut l'essai comparatif.

Hausse de prix des matières premières

Ces films, dont les matériaux constitutifs font l'essentiel du prix, subissent actuellement de plein fouet la hausse des matières premières. Ainsi, à la suite de l'évolution des contrats passés avec ses fournisseurs chimistes, un fabricant a-t-il appliqué des hausses de l'ordre de 0,05 euro par kilo en août, 0,10 euro en septembre, et 0,06 euro en octobre sur des films dont le prix de vente va de 1,20 à 1,55 euro par kilo environ, soit 15 à 20 % de hausse en trois mois ! Dans ce contexte, les produits les plus techniques comme les pré-étirés, plus chers et autorisant une moindre consommation de film par palette, voient leur compétitivité relative augmenter.

Certains secteurs d'application ont des exigences particulières au vu des produits emballés ou des conditions de stockage. Noirs, bleus ou blancs, les films étirables opaques sont de 30 à 50 % plus coûteux. Ils dissimulent la nature de la marchandise, la protègent des rayonnements ultraviolets, ou facilitent l'identification des palettes. Pour protéger une palette de fruits et légumes sans compromettre l'échange gazeux, on utilisera du film étirable en PVC, du film étirable perforé ou prédécoupé, à moins que la machine de banderolage ne soit équipée du système de découpe débrayable proposé par Pack France, qui réalise des découpes dans le film « normal » pendant le filmage.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

OEP s’empare d’Alltub

OEP s’empare d’Alltub

Le fonds d’investissement a racheté le fabricant de tubes en aluminium destinés, entre autres, à la cosmétique et la santé. – Alltub change une nouvelle fois de propriétaire. Le fonds[…]

16/11/2018 | Hygiène-BeautéSanté
Des solutions durables chez Constantia Flexibles

Des solutions durables chez Constantia Flexibles

L'Europe revient sur les perturbateurs endocriniens

Sécurité sanitaire

L'Europe revient sur les perturbateurs endocriniens

Pour renforcer la crédibilité des avis de l’Efsa

Sécurité sanitaire

Pour renforcer la crédibilité des avis de l’Efsa

Plus d'articles