Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Investissements

Fellmann Cartonnages soigne son outil pour optimiser ses prix

NICOLE GEVAERT
Adepte de la méthode japonaise de reproduction, l'affaire familiale alsacienne Fellmann Cartonnages s'impose sur le marché français des boîtes pliantes en moyenne série. La cible : les petites et moyennes entreprises de l'industrie agroalimentaire. Son atout : des investissements soutenus pour un outil toujours plus performant à la pointe de la technologie.

Sportif, Pascal Fellmann ! Le président de Fellmann Cartonnages compare volontiers les qualités d'un chef d'entreprise à celle d'un sportif : motivation, capacité d'endurance, capacité à se fixer des objectifs et à se donner les moyens pour les atteindre. Croissance de 128% « Plus que mes études, c'est ma carrière sportive qui m'a inculqué ces valeurs.» Et pour cause ! Lorsqu'en 1993 son père fait appel à lui, Pascal Fellmann, titulaire d'un titre de champion de France de moto, est pilote officiel Honda. Il gagne bien sa vie et ne pense pas du tout à la succession. Même si, titulaire d'une maîtrise en sciences de gestion, il l'avait quelque peu préparée. C'était il y a douze ans, il avait alors 26 ans. Radicale, la décision s'avère payante. Alors qu'au bord du dépôt de bilan, la société stagnait à 1,2 million d'euros de chiffre d'affaires, Fellmann Cartonnages clôture l'exercice 2005 à 16,5 millions d'euros. Soit une croissance de 128 % en un peu plus de dix ans. Aujourd'hui spécialiste de la boîte pliante pour les industries agroalimentaires, l'entreprise familiale peut se targuer, en outre, d'afficher l'une des meilleures rentabilités dans le métier du carton compact. Nécessité d'anticiper Au cours des quatre premières années de reprise, de 1994 à 1998, l'entreprise Fellmann se développe en croissance interne à coups d'investissements. Mais il faut se dégager du présent. Une nécessité d'anticiper que Pascal Fellmann s'impose à lui même comme une valeur essentielle de l'entreprise. D'une part, il contracte un emprunt à titre privé et rachète toutes les actions de la famille Fellmann (grand-père et père), pour éviter toute dilution du capital. Une opération classique ! D'autre part, il fait table rase de la concurrence locale. Et il faudra attendre les années 2000 pour que la petite entreprise devienne Fellmann Cartonnages après avoir fait entrer dans son giron les cartonneries alsaciennes : Carthorins et Schisselé, rachetées respectivement en 1998 et fin 2000. Sans compter leurs salariés aguerris qui sont venus grossir les compétences de l'entreprise. « En douze ans, je n'ai pratiqué aucun licenciement économique mais j'ai préparé les départs en retraite longtemps à l'avance », se félicite Pascal Fellmann Avance technologique Ses projets ? Tout d'abord renforcer l'outil industriel. « Nous avons une très faible activité de recherche et développement (R&D), notre stratégie repose sur la méthode japonaise : on invente rien, on se contente d'observer ce que font les autres en produisant moins cher ». Et pour conserver son avance technologique, la firme n'a pas lésiné sur les investissements. Des efforts constants aussi bien dans les locaux - un seul site réunit désormais les trois sociétés dans la zone industrielle de Guebwiller (Haut-Rhin) - que dans l'outil de fabrication. Quelque 10% du chiffre d'affaires y sera consacré en 2005 et 30 % pour le plan 2006-2007. Il prévoit une enveloppe de 5 millions d'euros sur 16 mois pour le renouvellement de l'autoplatine de découpe et des deux presses offset. Un engagement en grande partie autofinancé : « Si nous avons recours à l'emprunt, ce n'est pas pour des raisons de trésorerie. Il faut savoir que l'argent qu'on laisse chez nos banquiers rapporte plus que celui qu'on leur emprunte à des taux négociés ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Lefrancq Imprimeur investit dans l’étiquette

Investissements

Lefrancq Imprimeur investit dans l’étiquette

L’entreprise de Candé (Maine-et-Loire) s’est dotée de trois systèmes Waste Tech de Lundberg Tech pour aspirer les lisières des matériaux adhésifs, après l’impression et le[…]

01/12/2020 | SantéImpression
Onlineprinters passe à la découpe laser

Investissements

Onlineprinters passe à la découpe laser

Trois Ishida de plus pour Bryans Salads

Investissements

Trois Ishida de plus pour Bryans Salads

Marceau vérifie les palettes chez Dossin Entrepôt

Investissements

Marceau vérifie les palettes chez Dossin Entrepôt

Plus d'articles