Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

Elopak intègre la pose du bouchon

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
 

Les produits à conservation ambiante intéressent de près Elopak. « Nous sommes convaincus que le potentiel du Pure-Pak reste encore largement inexploité sur ce segment de marché », analyse Lionel Ploton, directeur commercial de la filiale française. L'entreprise norvégienne n'en est pas à sa première tentative pour élargir les domaines d'application de sa célèbre brique à toit pointu. Après avoir bâti l'essentiel de sa réputation dans le conditionnement de produits frais - dans le lait à partir de 1950, puis dans les jus de fruits -, elle a essayé de prendre pied sur le marché des produits à longue conservation au milieu des années 1990. Un tournant historique marqué par la sortie du modèle U-S80A, sa première remplisseuse aseptique. A l'instar des autres machines qui fonctionnent selon ce protocole hygiénique, l'équipement ne conditionne l'emballage qu'après l'avoir stérilisé à l'aide d'une solution de peroxyde ce qui permet de conserver le produit plus longtemps.

Trois formats d'étuis

Pour mieux se démarquer de la concurrence, Elopak a néanmoins joué la carte de la souplesse en développant un équipement « trois en un » qui présente la particularité de travailler avec trois formats d'étuis différents. Mais il était possible de l'améliorer davantage. Sur le plan de l'architecture, par exemple, le constructeur s'est exposé aux critiques pour avoir choisi une configuration dans laquelle le module de bouchage est physiquement séparé du reste de l'équipement. Les problèmes d'encombrement au sol, les coûts du convoyage entre les deux machines et, surtout, la complexité du process étaient régulièrement cités au tableau des doléances. Il n'en sera plus rien. Pour satisfaire les mécontents, le constructeur a lancé, en début d'année, une version renouvelée de sa machine dans laquelle module de bouchage et remplisseuse ne font plus qu'un.

Pour y parvenir, Elopak a mis en oeuvre ses talents de mécanicien. Les pistons qui servent à appliquer les bouchons sur les étuis ont été placés sur la roue à mandrins. « Il est beaucoup plus facile de travailler sur l'étui une fois que ce dernier est enroulé autour du mandrin. Le repérage de la prédécoupe en est facilité, tout comme la qualité de la soudure puisque nous exploitons la rigidité de l'outillage pour faire contrepression », explique Lionel Ploton. Validé au plan technique et hygiénique sur les briques de un litre, ce procédé sera progressivement déployé sur les nouvelles générations de remplisseuses destinées aux briques de petit format (de 200 à 500 millilitres) et maxi (jusqu'à 2 litres). Objectif : disposer d'une gamme complète de machines aseptiques à la fin de 2005.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Coval réinvente ses cartouches

Coval réinvente ses cartouches

Le spécialiste de la manutention par le vide lance la CVPC. - Un maximum de performance dans un minimum d’espace (et de poids) : tel pourrait être le portrait-robot de la CVPC, la dernière cartouche de vide[…]

Pari réussi pour l’Usine extraordinaire

Agenda

Pari réussi pour l’Usine extraordinaire

Matthews se renforce dans le façonnage d’imprimés

Acquisitions

Matthews se renforce dans le façonnage d’imprimés

Des AGV pour la préparation de commande

Des AGV pour la préparation de commande

Plus d'articles