Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Eco-Emballages redresse la barre et se prépare aux nouvelles échéances

HS
 

Société agréée pour la gestion des emballages ménagers, Eco-Emballages va fêter ses onze ans ! Et change de président... En effet, directeur général d'Eco-Emballages depuis l'agrément donné en novembre 1992, Eric Guillon, succédant à Serge Milhaud, en est devenu le président depuis le conseil d'administration du 7 octobre. Un passage de témoin qui marque également un net changement de braquet. Après des discussions poussées avec ses différents interlocuteurs, à commencer par les maires, l'organisme est prêt à repartir sur des bases éclaircies. Fort de 304 millions d'euros de rentrée, Eco-Emballages table sur une perte de 6,4 millions d'euros en 2003 après une perte de 17,8 millions d'euros en 2002 et une perte de 27,7 millions d'euros en 2001. Deux facteurs vont contribuer à conforter le retour à l'équilibre prévu en 2004 : d'une part, une hausse du Point vert entrera en vigueur dès le 1er janvier prochain ; d'autre part, Eco-Emballages a rectifié le tir en ne supportant plus le recyclage des « déchets assimilés » aux emballages ménagers. C'est-à-dire ceux, tels que les emballages issus du commerce de proximité, qui ne portent pas le Point vert mais sont collectés par les collectivités locales. Or le soutien - financier - de ces emballages non ménagers explique, en grande partie, la dérive des comptes en 2001. Onze ans après sa création, Eco-Emballages est financé par plus de 10 000 entreprises qui supportent le surcoût des collectes sélectives mises en place par 33 000 des 36 000 communes françaises. Conséquence : 53 millions de Français ont désormais la possibilité de trier leurs emballages. Reste que le taux de refus - 25 % - est encore très élevé et que 20 % des trieurs français se trompent encore de poubelles... Bernard Hérodin, le nouveau directeur général, a fixé trois grands axes de progrès pour les années à venir : encore et toujours la prévention à la source, la nécessaire maîtrise des coûts et la simplification des messages de tri. Un exemple parmi d'autres : Eco-Emballages verrait bien le jaune pour distinguer les poubelles de tri sélectif à l'échelle nationale. Des axes importants car, selon Eco-Emballages, la France aura bien du mal à tenir l'objectif de 55 % de recyclage fixé dans le projet de révision de la directive.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Leygatech rebondit avec l’économie circulaire

Economie circulaire

Leygatech rebondit avec l’économie circulaire

Les hausses très brutales des matières premières favorisent l’intégration de plastiques recyclés. - Pour Thierry Bonnefoy, peu de chance que le bilan de 2021 ressemble à celui de 2020, un bon[…]

26/02/2021 | BoissonsTous secteurs
Neutralité carbone : au tour de Sealed Air

Economie circulaire

Neutralité carbone : au tour de Sealed Air

Cyclyx entre collecte et recyclage des déchets plastique

Economie circulaire

Cyclyx entre collecte et recyclage des déchets plastique

Perle du Nord se convertit au carton

Economie circulaire

Perle du Nord se convertit au carton

Plus d'articles