Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

Diminuer les pollutions et les effluents

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,
 

Il ne faut pas l'oublier : une machine de conditionnement peut aussi polluer. Il suffit de penser aux composés organiques volatils (COV) ou encore au nettoyage de l'équipement, effectué à l'aide de produits plus ou moins nocifs pour l'environnement. L'opération, réalisée au moins une fois par jour, voire plusieurs fois si les changements de production sont nombreux, est loin d'être anodine pour l'industriel puisque ce dernier doit non seulement supporter les coûts directs associés au nettoyage - achat d'eau et de produits nettoyants -, mais aussi traiter les effluents avant de les rejeter. Or, dans certains secteurs comme l'industrie chimique, c'est le produit lui-même et non pas le nettoyant qui constitue une menace pour l'environnement. Du coup, le traitement des rejets peut atteindre des sommes prohibitives. On estime à 100 euros la tonne le coût relatif au traitement des effluents d'un batch de latex ou de pesticides. Il va de soi, dans ces conditions, que toute amélioration visant à diminuer ces dépenses est bien accueillie par les industriels.

Cuve embarquée

Les constructeurs de remplisseuses ont été parmi les premiers à intégrer des systèmes de nettoyage en place (NEP) sur leurs machines. Ils présentent le triple avantage d'automatiser une tâche fastidieuse, de renforcer les conditions de sécurité pour les opérateurs et de limiter la consommation de produits de nettoyage au strict nécessaire. Aujourd'hui, la recherche se focalise sur une future diminution des quantités d'effluents générés par ces machines. Serac est ainsi parvenu à réduire de 70 % les eaux de lavage sur ses remplisseuses pondérales de la série RP2, en remettant en cause l'existence de la cuve embarquée qui, du fait de sa capacité, implique une grosse consommation d'eau lors des opérations de sanitation. Afin de pallier son absence, car si cette cuve existe, c'est justement parce qu'elle permet de réguler le débit du produit quelle que soit sa viscosité, le constructeur sarthois a développé un régulateur de pression dont le principe de fonctionnement ressemble à celui d'un clapet de Cocotte-Minute. Grâce à la servo-vanne qu'il incorpore, ce dispositif garantit un débit constant du liquide vers les becs. Résultat : la remplisseuse reste polyvalente et assure un dosage précis, même en absence de cuve. Et surtout, elle ne demande plus que 80 litres d'eau, là où 250 litres étaient nécessaires pour nettoyer, rincer et passer d'un produit à un autre. Même démarche chez Pack'R. Très présent dans l'industrie chimique et des produits lessiviels, le constructeur de remplisseuses a pensé, lui aussi, à déporter la cuve à l'extérieur de la machine afin de minimiser sa taille et, au final, la quantité d'eau nécessaire au lavage. Pour réduire encore davantage la quantité d'effluents, il propose un système de nettoyage consistant à injecter une faible quantité d'eau dans la tuyauterie de la machine puis à la récupérer au point d'introduction en la chassant à l'aide d'air comprimé. « C'est comme si, au lieu de remplir une bouteille jusqu'au goulot pour la rincer, on n'employait qu'une faible quantité d'eau et qu'on la secouait ensuite. Le nettoyage par dilution est corroboré par un nettoyage mécanique », explique Olivier Humeau, ingénieur commercial. Baptisé Clean et Play, ce procédé permet de diviser au minimum par trois, et parfois jusqu'à huit fois, la quantité d'effluents de la machine. C'est tellement parlant en termes d'économies que de gros clients, comme Procter et Gamble, ont décidé de s'en équiper.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Alpla se renforce en Amérique centrale

Acquisitions

Alpla se renforce en Amérique centrale

A la suite d’une alliance avec Fortiflex à Porto Rico, le groupe autrichien a rapatrié les outils de production dans son usine locale. - L’autrichien Alpla annonce l’expansion de ses activités à[…]

L’Inde va produire des palettes Europe pour la chimie

L’Inde va produire des palettes Europe pour la chimie

Ahlstrom-Munksjö lance Optilam

Ahlstrom-Munksjö lance Optilam

Les entreprises françaises achètent plus de robots

Les entreprises françaises achètent plus de robots

Plus d'articles