Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Concours

DigiPack met en lumière la course à l'intégration des outils numériques

Henri Saporta

Sujets relatifs :

,
Mieux vaut tard que jamais... Voici un compte rendu de la dernière édition de DigiPack qui a eu lieu en octobre dernier à la Villette. Consacré à la chaîne numérique dans l'emballage, le congrès d'Oriex a mis en lumière la course à l'intégration des différentes technologies numériques. A noter que la prochaine édition est programmée les 13 et 14 novembre prochain.

Intégration ! S'il ne fallait retenir qu'un seul mot des deux journées de DigiPack, intégration conviendrait parfaitement. En effet, il ressort du congrès consacré à la chaîne numérique dans l'emballage organisé par Oriex les 24 et 25 octobre 2006 à Paris avec le concours d'Emballages Magazine, que les différents acteurs ont entrepris une vaste course à l'intégration des différents outils. De la conception à la mécanisation en passant par l'optimisation de la chaîne logistique, il est aujourd'hui possible de mener à bien toutes les étapes de création et de développement, y compris la phase de mécanisation, sur un ordinateur. Les différents intervenants se sont succédés à la tribune pour démontrer que cette tendance, évoquée il y a deux ans lors de la précédente édition, se concrétise aujourd'hui pleinement même s'il reste beaucoup à faire. Sous la notion globale de Digital Assets Management (DAM), les différentes phases de développement se font sur des logiciels en mesure de partager et d'échanger leurs données. L'avancée la plus spectaculaire est sans doute le niveau d'intégration sans précédent des outils de création permettant désormais d'associer étroitement le travail en deux (2D) et en trois dimensions (3D). Soit l'identité visuelle et le volume.

Création

A noter, à cet égard, qu'une nouvelle génération de solutions de création, telle que celle développée par Dassault Systèmes, permet de créer un volume par itération et modelage. Plutôt que de partir d'un dessin, le créateur part d'un volume qu'il peut «sculpter» à volonté et dans lequel il peut intégrer des formes prédéfinies telles que des éléments de décoration ou des accessoires comme une poignée. Totalement intégrée à Catia v.5, cette solution permet de sortir des plans d'usinage immédiatement. Dans le même ordre d'idées, spécialiste du prépresse pour l'emballage avec un ensemble de logiciels rassemblés dans Scope, le belge Esko a montré, lors d'une présentation de Jan de Roeck, les différentes passerelles qui permettent, par exemple, de récupérer un fichier réalisé en conception assistée par ordinateur (CAO) sous SolidWorks de Dassault Systèmes et de le préparer pour l'impression. Scope est une boîte à outils dont les composants remplissent des fonctions très spécialisées.

Prototypage

Dans ce contexte, la visualisation sur écran d'ordinateur est un paramètre essentiel dans la chaîne de décision. Or une solution comme PrintDevizor permet de voir le rendu d'impression complexe et de jeux de lumières grâce à une animation du l'emballage. PrintDevizor permet notamment de réduire le recours aux bons à tirer (BAT) physiques. Et les impressions complexes, il y en a beaucoup dans l'emballage et le conditionnement ! Toujours pour Esko, Françoise Coudert a montré comment le nouveau module « Shrink Sleeve Tools » de la solution PackEdge s'adaptait au cas très particulier des manchons. Le logiciel permet notamment de visualiser le rendu d'un décor à plat sur n'importe quel volume en calculant en temps réel les déformations issues de la rétraction du film. La rapidité du calcul en fait un outil de création interactif par opposition aux moteurs de rendu à grille plus lents.

Simulation

Autre domaine en pleine explosion : le prototypage rapide. Soit le chaînon indispensable entre la création et la ligne de fabrication. Chez Kallisto, Arnaud Villenave a pris le temps de lister tous les procédés utilisables dans l'emballage. Soit une dizaine de solutions qui vont de la photopolymérisation à l'agglomération de poudres en passant par la stratoconception ou encore le dépôt de fil fondu, l'usinage à grande vitesse (UGV) ou l'impression métallique en trois dimensions (3D). «De la même manière que chacun dispose d'une imprimante de bureau, on peut imaginer que chacun pourra posséder à l'avenir une imprimante bureautique en mesure d'imprimer un objet », estime Arnaud Villenave. En réalité, intégrer une technologie de prototypage est un vrai choix. Faut-il acheter ou faire appel à un prestataire de services : la réponse passe par une analyse des besoins et du retour sur investissement attendu. Les vrais défis ? La couleur... Le prototypage rapide délivre, en effet, aujourd'hui un volume mais pas de couleurs. Ce qui pose un vrai problème dans un monde dominé par le marketing. Sans oublier la vitesse : il y a toujours plus rapide que rapide... Mais la numérisation de la chaîne apporte de nouvelles solutions dans le domaine de la production également. Anticiper entièrement le comportement d'une ligne de conditionnement sur ordinateur est désormais plus simple. Et très efficace. Leader mondial des machines de conditionnement du fromage, l'allemand Alpma a ainsi pris l'habitude de proposer à ses clients une simulation du fonctionnement d'une lignes avant de lancer la production. La liste des avantages déroulée par Julien Dupont d'Alpma France est impressionnante : détection des simplifications possibles, vision précise de l'encombrement, anticipation des cadences et de l'efficience, meilleure maîtrise de l'intégration sur site et du montage, capacité à anticiper les évolutions grâce à l'approche modulaire et au recours aux bibliothèques... Julien Dupont est intarissable. Et note que la simulation comporte finalement une vraie faiblesse : « l'incapacité à prédire le comportement humain » ! Pour Gilles Mahé, dont la société Dassault Systèmes a fourni à Alpma la solution de simulation, « cette technologie est encore trop peu utilisée dans la filière de l'emballage et du conditionnement » alors qu'elle génère « gains de temps et d'argent ».

Palettisation

De la création de l'emballage à la simulation du conditionnement, le circuit est-il complet ? Il manque bien sûr la logistique. Difficile aujourd'hui de concevoir un produit qui défit les lois de la palettisation et du remplissage d'un camion. Chez Terciel, Paul Christian Courvoisier propose, avec Packsoft, une solution informatique en réseau qui permet de simuler la mise en palette et le remplissage d'un camion en partant d'un emballage primaire ou d'une unité de vente consommateur (UVC). Il va de soi que le logiciel intègre le calcul de la résistance à la compression verticale (RCV) et préconise en retour le choix du carton ondulé. Packsoft donne en référence les normes de la Fédération européenne du carton ondulé (Fefco). Reste ensuite à mettre en place une traçabilité à base de codes à barres et autres technologies d'identification par radiofréquence (RFID) et Seal Vector d'Advanced Track and Trace (ATT), et la boucle - numérique - sera bouclée.

Traçabilité

Ce rapide compterendu donne un petit aperçu de la richesse des thématiques abordées lors de DigiPack. Mais le constat de nombreux acteurs est que cette révolution en marche va très vite. « De nombreuses petites entreprises doivent se mettre rapidement aux nouvelles technologies sous peine de perdre des marchés », estiment de nombreux intervenants. La maîtrise de ces technologies demandent également un fort investissement en temps et en formation des hommes. Car si l'intégration est une tendance lourde, elle n'est pas encore une réalité sur l'ensemble de la chaîne numérique. Et la plupart des entreprises n'ont pas l'habitude de partager leurs informations verticalement. Attention ! Il y a urgence... D'ailleurs, pour cause d'actualité galopante, la prochaine édition est avancée d'un an puisqu'elle aura lieu les 13 et 14 novembre prochain

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Burgopak sécurise l’étui

Sécurité sanitaire

Burgopak sécurise l’étui

Le spécialiste de l’emballage coulissant lance Duallok CR3, une boîte à l’épreuve des enfants, dédiée aux produits dangereux comme les e-liquides et la marijuana. - Un million[…]

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

La Banque de France investit dans le conditionnement

La Banque de France investit dans le conditionnement

Tranzit Food trie les volailles avec Ishida

Tranzit Food trie les volailles avec Ishida

Plus d'articles