Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

Des formes multiples rapides à mettre en oeuvre

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
 

Des sachets qui tiennent debout sur un linéaire, qui tendent leurs faces au consommateur grâce à des structures rigidifiées, qui s'empilent comme des boîtes... l'heure est à la diversification des formes dans l'univers du sachet form-fill-seal (FFS). Objectif : attirer le chaland avec des présentations plus attrayantes ou, en tout cas, moins banales que d'ordinaire. Cette évolution ne date pas d'hier. En 1963, Louis Doyen, chez Thimonnier, posa les pierres de l'édifice avec son célèbre sachet Doypack, le premier emballage souple qui tient debout. La preuve en est que son innovation fut largement imitée par la plupart de ses concurrents. Depuis, les constructeurs d'ensacheuses - notamment dans le domaine des technologies verticales - n'ont eu cesse de trouver des solutions pour améliorer l'aspect des conditionnements réalisés sur leurs équipements. En rabattant, par exemple, les ailettes du bas du sachet pour lui conférer un fond plat, puis en créant des soufflets latéraux avec des piocheurs pour lui donner plus de volume, ou bien encore en soudant les quatre arêtes longitudinales afin de le rigidifier et lui offrir une surface de communication plus importante en linéaire. Les finitions ne sont pas oubliées. Certaines machines sont équipées d'outillages permettant de cacher la soudure dorsale du sachet dans un angle pour disposer d'une surface d'impression sans coupures.

Une machine, plusieurs formats

Ces différents atouts sont aujourd'hui réunis dans le sachet à quatre coins scellés, appelé Quatroseal par CFS Aquarius ou Stabilo par Rovema, qui s'est imposé comme un véritable standard haut de gamme dans la sacherie. Et ce, sur des marchés aussi différents que les produits frais, l'épicerie sèche ou l'alimentation animale. D'autres formes de sachets, plus originales encore, sont directement issues de la collaboration entre un constructeur de machines et un fournisseur de films. C'est le cas pour le Flexcan, un sachet cylindrique refermable développé par Rovema et Amcor qui ambitionne de remplacer la boîte rigide (lire p. 38).

Si cette profusion de présentations a dynamisé les ventes de matériels, faut-il encore souligner que le marché a bien changé, lui aussi. « Rares sont les clients qui nous achètent une machine pour réaliser un seul format de sachet », explique Francis Delannoy, chef de produit systèmes d'emballages chez CFS. Normal. Dans un environnement caractérisé par le raccourcissement de la durée de vie des produits, le conditionneur veut se donner les moyens de corriger le tir si une présentation ne correspond pas suffisamment aux attentes du consommateur. Il devient donc indispensable de lui proposer un équipement qui lui permette de passer facilement d'un sachet coussin, à un sachet à fond plat, voire à un sachet à quatre arêtes scellées. Le cas échéant, en y ajoutant les services, à savoir en appliquant une ouverture facile, un Zip ou un clip. « En combinant différentes options de formes et de fermetures, puis en jouant sur les dimensions du sachet, nous pouvons nous démarquer plus facilement de la concurrence », explique Antoine Harmel, directeur administratif de la société Laparre, spécialisée dans les fruits secs et les pruneaux. L'entreprise a justement choisi d'investir dans trois ensacheuses SmartPacker de CFS Aquarius pour changer plus facilement de format. Et elle en est très satisfaite : « À l'usage, c'est encore plus facile que ce que nous croyions ; nous passons du sachet coussin, au sachet à quatre coins scellés ou au sachet enveloppe en un rien de temps, juste en fonction de nos besoins », conclut Antoine Harmel.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Comexi se convertit à la réalité augmentée

Technologie

Comexi se convertit à la réalité augmentée

Le constructeur catalan intègre ce service afin de diminuer la longueur des pannes chez ses clients. - Les avantages de la réalité augmentée sont connus dans l’univers des machines de production. Dans[…]

La production de machines d’emballage a baissé en France

Indicateurs

La production de machines d’emballage a baissé en France

Allimand investit 3 millions d'euros en France

Investissements

Allimand investit 3 millions d'euros en France

De nouvelles formations à Dijon

Profession

De nouvelles formations à Dijon

Plus d'articles