Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Contrôler à haute vitesse par la vision industrielle

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

Plus d'un million de flacons de produits d'hygiène, représentant plus de 1 500 références, sont conditionnés chaque jour à Blois chez Procter & Gamble. Pour contrôler la qualité, l'américain a doté toutes ses lignes de caméras.

A Blois (Loir-et-Cher), dans l'usine de Procter & Gamble, le contrôle du conditionnement n'est pas une mince affaire. Surtout depuis que la firme américaine a décidé de centraliser sur ce site toute sa production de shampooings, après-shampooings et autres gels pour la douche qu'elle écoule sur les marchés de l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Il s'agit avant tout de gérer une production considérable, puisque pas moins de 1,2 million de flacons sont conditionnés chaque jour sur place.

« Nous avons adopté le "produce to demand", un mode d'organisation consistant à produire uniquement ce qui est vendu. Mais cela exige beaucoup de flexibilité », explique Frédéric Garcia, responsable engineering lignes de production de l'usine.

500 coups à la minute

Première difficulté : la multiplicité des références. Entre les différentes marques du groupe - parmi lesquelles Pantène, Head & Shoulders et Clairol -, les déclinaisons de gamme et la quinzaine de langues dans lesquelles sont imprimées les étiquettes, Procter & Gamble doit étiqueter plus de 1 500 produits différents.

Deuxième difficulté : les vitesses de production. Pour faire face au rythme incessant des commandes, l'entreprise n'avait pas d'autre choix que de se doter d'un outil de production particulièrement puissant. Il comprend trois lignes à très haute cadence, uniques au monde dans leur configuration, qui culminent à 500 coups par minute, et sept autres lignes capables de monter jusqu'à 300 coups à la minute. « En 1999, lorsque nous avons investi dans les hautes vitesses, le problème du contrôle de l'étiquetage s'est tout de suite posé », observe Frédéric Garcia. C'est alors que l'entreprise fait le choix de la vision industrielle, seule technologie capable de faire la synthèse entre les standards de qualité et les cadences qu'elle s'est imposés. Elle recourt aux services de la société FDV-FDA, un intégrateur qui installe des caméras Allen Bradley sur ses trois lignes à haute vitesse. « Nous avons eu du mal, surtout au début, à vendre cette technologie aux opérateurs car, en raison de sa précision, le système générait trop de rebuts. Ensuite, en se familiarisant avec les équipements, le personnel s'est aperçu des bénéfices », constate Frédéric Garcia. C'est alors un véritable raz-de-marée d'investissements. Tour à tour, l'ensemble des lignes de production sont équipées, d'abord avec des caméras Cognex de la série 8000, puis, en 2001, avec deux nouvelles générations de capteurs de la série In-Sight 1000 et 3000.

Qualité de l'étiquetage

L'essentiel des applications concerne l'étiquetage et le marquage, à savoir le contrôle de la présence, du positionnement et du type d'étiquette ainsi que la vérification du numéro de lot sur le produit. Mais les caméras sont également utilisées pour vérifier le nombre de flacons regroupés dans leurs présentations multipacks, après l'opération de fardelage. Le passage à la gamme In-Sight marque d'ailleurs un tournant pour l'entreprise : « nous avons vite compris, qu'en raison de leur simplicité, nous pouvions effectuer nous-mêmes l'intégration des équipements sur les lignes de conditionnement », explique Frédéric Garcia.

Du coup, c'est avec une relative aisance que les caméras continuent de prendre place sur le site de Blois. Procter & Gamble est même allé jusqu'à modifier le logiciel de traitement des images pour améliorer la convivialité de l'interface et faciliter le travail des opérateurs. Et, surtout, tous les capteurs d'images ont été reliés sur réseau Ethernet afin d'être connectés avec le système de supervision. Grâce à cette architecture, les résultats des contrôles de production, classifiés par type de défauts et de rejets, sont automatiquement comptabilisés et visualisés en temps réel. L'usine dispose ainsi d'une base de données fiable qui lui sert à éviter les dérives des machines mais aussi à établir des analyses quantitatives et des statistiques de production.

Au final, le contrôle par vision aura permis à Procter & Gamble de respecter ses objectifs de qualité tout en améliorant sa productivité.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Bonduelle accroît ses capacités américaines de conditionnement

Bonduelle accroît ses capacités américaines de conditionnement

Le légumier français a acquis une usine spécialisée dans les surgelés en Pennsylvanie. - Le groupe Bonduelle complète son dispositif industriel aux États-Unis en acquérant auprès de l’américain Seneca l’usine de Lebanon (Pennsylvanie). Celle-ci[…]

Coup de chaud pour les sachets de thé Yorkshire Tea

Coup de chaud pour les sachets de thé Yorkshire Tea

Catalent gonfle ses capacités de conditionnement

Catalent gonfle ses capacités de conditionnement

Burgopak sécurise l’étui

Sécurité sanitaire

Burgopak sécurise l’étui

Plus d'articles