Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

Comment Volailles de France et Prestafroid jouent la rapidité...

Sujets relatifs :

,
Septième producteur français, Volailles de France joue la carte de la rapidité avec un délai entre le temps d'abattage et la mise en rayon de 24 à 36 heures. C'est Prestafroid, implanté au Pontet (Vaucluse), qui se charge de la logistique pour toute la moitié Sud de la France. Quelque 12 000 à 15 000 colis sont traités chaque jour. Visite.

Utilisée depuis octobre 2000 par Volailles de France suite à la liquidation judiciaire du Groupe Bourgoin, la plate-forme logistique Prestafroid a pour mission d'étiqueter et de préparer les commandes des produits Volailles de France pour les centrales d'achat de la grande distribution ou en direct magasin sur la moitié Sud de la France. Prestafroid fait partie du groupe européen Stef TFE qui est spécialisé dans les prestations logistiques sous température contrôlée. Stef TFE se compose de trois entités : Stef logistique pour les produits surgelés, TFE pour les produits frais exploités sous la marque Prestafroid et Tradimar pour les produits de la mer. Il existe près de trente sites Prestafroid qui réalisent 800 millions de francs (121,96 millions d'euros) de chiffre d'affaires par an en prestations logistiques.

Zone de consommation

Si Prestafroid Le Pontet est implanté en banlieue d'Avignon (Vaucluse), ce n'est pas un hasard ! En effet, Bourgoin - lorsqu'il avait fait appel à Prestafroid en 1999 - voulait rapprocher la plate-forme d'étiquetage et de préparation de commande de la zone de consommation. Et par-là même raccourcir les délais de livraison. Cette solution avait été jugée la plus efficace pour pouvoir répondre le plus rapidement possible à la demande du client et optimiser au maximum la durée de la date limite de consommation (DLC).

Stock avancé

Si la région Provence-Alpes-Côtes-d'Azur (PACA) n'est pas un gros producteur de volailles, elle est, en revanche, un gros consommateur. Surtout pendant la période estivale ou les barbecues sont à l'honneur... L'appellation de volailles englobe, chez Prestafroid, le poulet, le canard, la dinde, la pintade et le lapin. Aujourd'hui Prestafroid Le Pontet est la première plate-forme française externalisée d'un stock avancé de Volailles de France. L'ensemble des produits Volailles de France destiné à la partie sud de la France transite par la plate-forme pour être étiqueté et réexpédié chez les différents distributeurs en fonction des commandes.

« Le principe de notre plate-forme est d'avancer les stocks pour gagner du temps dans les délais de livraison. Notre fonctionnement nous permet de réduire au maximum la durée entre l'abattage des bêtes et la mise en rayon. Ainsi les produits à DLC courte, comme la volaille, disposent plus de temps en linéaire et peuvent être conservés par le consommateur quelques jours de plus », explique André Denis, directeur du site Prestafroid Le Pontet. Le fonctionnement de la plate-forme est réglé avec un cadencier horaire rigoureux.

Réactivité forte

Les produits arrivent depuis les différents producteurs jusqu'à Prestafroid entre minuit et huit heures du matin. Les volailles dont déjà préparées et emballées. Elles sont conditionnées à l'unité directement sur le lieu d'abattage ou à proximité dans des barquettes en polystyrène recouvertes d'un film à perméabilité contrôlée laissant sortir le gaz carbonique. Sur la plate-forme de Prestafroid, les produits ne subissent aucune transformation. Ils seront commercialisés en magasin dans l'emballage de départ.

Au Pontet, les volailles arrivent par colis dans des cartons. Chaque carton contient un seul type de produit dont toutes les caractéristiques - type de produit, date de l'abattage, lieu d'élevage, âge, DLC... - sont résumées dans un code à barres apposé par le producteur lors de l'abattage. Dès que la marchandise arrive à quai sur la plate-forme du Pontet, le code à barres est lu. Toutes les données de départ sont récupérées, et d'autres - comme l'heure d'arrivée sur la plate-forme, l'endroit précis où le carton va être entreposé sur la zone de stockage - sont ajoutées.

Toujours sur le site du Pontet, une dizaine de téléprospectrices se chargent de récupérer les commandes de la grande distribution par téléphone et de les rentrer dans la base informatique. Les deux logiciels utilisés sur la plate-forme, baptisés Agrostar, ont été développés par une autre filiale de la holding Stef TFE. Conséquence, cet outil informatique fait sur mesure permet de piloter un flux multiniveau (ordonnancement, conditionnement, préparation, expédition) avec une réactivité forte. C'est lui qui va automatiquement établir le lien entre les commandes passées par les clients de Prestafroid et les lots de produits à mettre en oeuvre pour y répondre. Sur la chaîne de conditionnement, le responsable récupère ensuite sur son ordinateur les ordres de commandes passées par les enseignes et le lieu exact où sont entreposés les lots de produits qui leur correspondent. Le picking sur la zone de stockage est effectué selon la règle du first-in, first-out (FIFO) qui veut que le premier entré sorte le premier.

2 500 colis par heure

Les produits passent un à un sur un convoyeur-trieur qui compte 11 postes de travail informatisés. La volaille est pesée et une étiquette avec un nouveau code à barres est imprimée. Elle reprend les informations de départ concernant le lot et ajoute d'autres données comme le poids. Le prix de vente au tarif de l'enseigne et, parfois, le label du distributeur sont également ajoutés sur l'étiquette. Les produits sont ensuite regroupés dans des caisses en carton.

Un nouveau code à barres est collé sur chaque caisse afin de pouvoir retrouver toutes les informations et ainsi avoir une traçabilité sur l'intégralité de la chaîne. Concrètement, si un distributeur demande 10 unités de blancs de poulet, 4 oies et 60 plateaux-barbecue, cette étiquette indiquera l'ensemble des produits, leurs lieux de provenance, la référence de la commande, la composition...

Sur la plate-forme, la cadence de travail est soutenue puisque la quarantaine de personnes qui travaille sur la chaîne traite 1 500 colis par heure.

A plein régime, les équipes de travail passent à 50 personnes et s'organisent en 3 X 8 pour traiter 2 500 colis par heure. Avec cette technique, les produits repartent le jour même de leur arrivée vers la plate-forme du client distributeur, soit 24 heures après l'abattage des bêtes. Prestafroid estime que seulement 36 heures après avoir été abattues, les volailles se retrouvent en rayon. 6 jours sur 7 près de 80 % de la marchandise est repartie vers les distributeurs avant 13 h 30. Le directeur du site poursuit : « Un des autres avantages de la plate-forme c'est la réduction des coûts de transport. Ici nous gérons un grand nombre de références, nous pouvons donc livrer dans un même camion toute la gamme Volailles de France ».

500 références

« Notre travail est de faire de l'étiquetage et de la préparation de commande personnalisée en jouant sur un nombre important de produits », reprend André Denis. Un travail complexe : l'atelier de conditionnement gère près de 500 références, réparties entre une vingtaine de marques, ainsi que des colis sans marque : des abats de volailles, des blancs de poulets, poulets entiers, filets de dinde, brochettes de volailles, plateaux barbecue à la volaille... Pour les colis sans marque, Prestafroid se charge d'apposer un label distributeur en fonction des commandes. Prestafroid traite aujourd'hui entre 12 000 et 15 000 colis par jour. Soit entre 75 000 et 90 000 unités de vente consommateurs (UVC)... L'an dernier, alors que Prestafroid travaillait encore pour Bourgoin, c'est près de 18 000 colis qui étaient traités tous les jours. Les produits sont issus de cinq unités de production de Volailles de France : Tremorel (Côtes-d'Armor), Cholet (Vendée), Condom (Gers), Crest (Drôme) et Chailley (Yonne) où se situe le siège du producteur.

Suppression totale du papier

L'intégralité du process mis en oeuvre sur la plate-forme du Pontet a nécessité plus de 8 millions de francs (1,22 million d'euros) d'investissements hors immobilier. Stef TFE cherche aujourd'hui à améliorer la gestion de l'information avec une démarche de suppression totale du papier. Jean-Marc Bruère, directeur prestation logistique explique : « Notre objectif aujourd'hui est de faire bénéficier d'autres industriels de l'expertise acquise depuis l'ouverture de cette plate-forme. Mais l'investissement est conséquent et nous ne pouvons nous engager que dans le cadre de partenariat sur le long terme. Le véritable challenge de notre métier c'est de maîtriser, en collaboration avec l'industriel, les taux de retaille et de dégagement. Nous devons être très réactifs face aux fluctuations de volumes, même si nous nous appuyons sur un historique de vente ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Burgopak sécurise l’étui

Sécurité sanitaire

Burgopak sécurise l’étui

Le spécialiste de l’emballage coulissant lance Duallok CR3, une boîte à l’épreuve des enfants, dédiée aux produits dangereux comme les e-liquides et la marijuana. - Un million[…]

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

La Banque de France investit dans le conditionnement

La Banque de France investit dans le conditionnement

Tranzit Food trie les volailles avec Ishida

Tranzit Food trie les volailles avec Ishida

Plus d'articles