Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Comment les verriers se préparent à traiter le mauvais calcin...

Henri Saporta
Les verriers doivent impérativement augmenter le taux de collecte du verre pour assurer leur approvisionnement. Plusieurs solutions telles que la poudre et le démélange existent pour garantir la qualité. Un exemple avec la verrerie de Vauxrot et le centre de tri de la Samin à Rozet St-Albin (Aisne). Deux sites qui appartiennent à Saint-Gobain.

Le calcin devient rare. Et ce qui rare est cher. Mais, comme depuis 30 ans, les verriers ont fait du calcin leur matière première principale, ils sont prêts à faire des efforts considérables pour pérenniser leur approvisionnement tant en termes de qualité que de quantité. Ce phénomène s'explique très simplement : alors que la consommation de produits conditionnés en emballages en verre tels que les spiritueux, vins et autres bières stagne en France, les clients des verriers exportent de plus en plus. Le décrochage, en France, de la courbe de consommation, de l'ordre de 3,1 millions de tonnes, et de la production, de l'ordre de 3,7 millions de tonnes, entraîne logiquement une tension sur le calcin.

Baisses de la qualité

Le taux de collecte global du verre de 60% - selon les chiffres de Verre Avenir car Eco-Emballages annonce 72% en se fondant sur le seul gisement du verre ménager - est donc insuffisant pour faire face aux besoins futurs. « Les verriers doivent atteindre 75% en 2012 pour garantir leur approvisionnement », explique Richard Mailler, en charge du recyclage chez Saint-Gobain. Mais voilà ! L'augmentation du taux de collecte entraîne mécaniquement une baisse de la qualité. Sur le plan national, les verriers refusent actuellement 0,4% du verre collecté sur la base des prescriptions techniques minimales (PTM) imposées aux collectivités locales. Soit, tout de même, 8 000 tonnes et 400 camions par an. En effet, si les camions de collecte ramènent des emballages en plastique ou en métal ou encore des magnétoscopes et autres corps étrangers faciles à identifier, ils transportent aussi des plaques de cuisson en vitrocéramique ou encore des assiettes en porcelaine. Des matériaux qui peuvent ressembler à du verre d'emballage mais qui ne fondent pas à la même température. D'où des risques d'inclusion de particules infusibles dans les bouteilles. Le contrôle à 100% de la production permet heureusement de repérer tous les défauts.

Réintroduction des « fines »

Dans ce contexte, la réintroduction des « fines » fait partie des solution pour augmenter le calcin de mauvaise qualité sans risque : très technique, la solution consiste à broyer la petite fraction qui est actuellement rejetée pour en faire une poudre qui fond facilement. Cette poudre doit se transporter en camions-citerne et être introduite dans les fours par un procédé d'injection spécifique. Ce qui explique que l'investissement s'élève, par exemple, à plusieurs millions d'euros sur le seul site de tri de la Samin, établie dans une carrière de sable, à Rozet St-Albin (Aisne) pour traiter, à l'avenir, 10 à 15% des 250 000 tonnes qui y transitent. Autre solution : le démélange. Soit la technique qui consiste à trier le verre par couleurs après la collecte. Cette solution a pour avantage de ne pas demander de gestes supplémentaires aux consommateurs et de simplifier l'organisation des flux de collecte. Réalisé par des caméras numériques très puissantes, le tri par couleurs permet notamment de fabriquer du verre blanc et du verre légèrement teinté. En l'absence de calcin blanc, ce verre, destiné aux bouteilles mais aussi aux pots et flacons, est fabriqué avec de la matière première vierge.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Impact affiche ses ambitions

Economie circulaire

Impact affiche ses ambitions

L’ex-Proplast accélère son développement hors du polypropylène pour les barquettes ainsi que dans les contenants réemployables et leur lavage. - C’est un changement de nom synonyme d’un[…]

25/10/2021 | BoissonsPapier
 Tri : vers un achèvement de l’extension en 2025

Profession

Tri : vers un achèvement de l’extension en 2025

Fischer promeut la consigne et le réemploi en Alsace

Economie circulaire

Fischer promeut la consigne et le réemploi en Alsace

La Poste s’implique pour un e-commerce plus responsable

Economie circulaire

La Poste s’implique pour un e-commerce plus responsable

Plus d'articles