Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

Becton Dickinson prépare les systèmes d'injection de demain

MBV

Sujets relatifs :

,
Des solutions préremplies à l'injection sans douleur, les fabricants de seringues proposent aujourd'hui un vaste choix de produits visant à améliorer l'observance et le confort du patient. Une offre élargie et personnalisée qui rencontre l'assentiment de laboratoires en quête de différenciation. Visite en Isère chez Becton Dickinson, un acteur majeur de cette spécialité.

Dans le domaine pharmaceutique, l'injection fait l'objet d'intenses recherches dans le but de fabriquer des seringues plus sûres, moins douloureuses et faciles d'utilisation pour le patient et le personnel hospitalier. A Pont-de-Claix (Isère), les équipes de recherche du fabricant américain de seringues Becton Dickinson (BD) Medical-Pharmaceutical Systèmes, travaillent sur l'amélioration des procédés d'injection de médicament.

Au programme : les seringues préremplies, l'injection sans douleur, les patchs dermiques et les micro-aiguilles. Et d'ici à cinq à dix ans, ces nouvelles technologies pourraient bien révolutionner la manière de faire et de voir les piqûres. Le moment est propice, car les laboratoires sont en quête de solutions d'injection sophistiquées qui permettent à la fois une intervention plus efficace, avec moins de dose de principe actif, et une voie d'action plus rapide de leur médicament.

Les seringues préremplies représentent aujourd'hui près de 15 % du marché de l'injection. « Et cette tendance à la hausse n'est pas près de s'arrêter », selon Nicolas Bralet, chef de produit des seringues préremplies BD Hypack et BD Hypack Physiolis chez BD Medical-Pharmaceutical Systèmes. « La croissance du marché est de l'ordre de 5 à 10 % par an, sans cesse alimentée par l'arrivée régulière de nouveaux vaccins », précise Nicolas Bralet. Qui anticipe, au cours de la prochaine décennie, de nouvelles applications de vaccins pour lutter contre les maladies infectieuses tels le Sida et le cancer. Le marché des seringues préremplies concerne aujourd'hui l'injection d'Héparine, des traitements issus des biotechnologies tels que ceux contre les maladies de dégénérescence neurologique chronique et les désordres inflammatoires et cardiovasculaires ainsi que l'oncologie. Ces applications intégrant des « protéines sensibles » ne sont pas sans poser de nouveaux défis aux professionnels de la seringue. En particulier, elles exigent de porter une attention croissante aux choix des matériaux et aux interactions contenant/contenu.

Design des seringues

Au niveau du design des seringues, les aiguilles deviennent de plus en plus fines. C'est une tendance majeure sur le marché de l'insuline pour les diabétiques. « Nous avons mené des études cliniques sur notre seringue préremplie BD Hypack Physiolis, qui ont montré une baisse de la perception de la douleur chez les patients de 40 % et de la force de pénétration de 70 %, comparées aux autres seringues existantes sur le marché », note Nicolas Bralet. Exemple récent d'application : le médicament Rebif, contre la schlérose en plaque, de la société biotech suisse Serono. Conditionné dans des seringues préremplies BD Hypack Physiolis, le traitement a été lancé en Europe fin 2003 et aux Etats-Unis l'année suivante avec un bon retour du côté des patients.

Reste le domaine immense de l'auto-injection. « Chaque mois, nous comptons de nouvelles applications pour cette catégorie de dispositifs qui permettent d'améliorer l'autonomie du patient face à sa thérapie », note Joël Cotten, chef de produit Europe pour l'auto-injection et l'administration par la voie nasale chez BD Medical-Pharmaceutical Systèmes. « Le dernier en date est le traitement Forteo de Lilly. Et nous attendons bientôt le lancement de l'Osteoporose Gonal F, une hormone de fertilité, de Serono. »

D'autre part, le fabricant de seringues travaille sur un stylo injecteur pour une hormone de croissance destinée au marché australien avec un lancement prévu d'ici deux à trois ans. Développer des dispositifs d'auto-injection adaptés aux traitements à venir contre l'arthrite rhumatoïde, la sclérose en plaque, et la maladie de Parkinson, fera partie des enjeux des prochaines années. Sans compter des applications dans le domaine du bioterrorisme dans le cadre de procédures d'injection en urgence.

Anticontrefaçon

Les progrès technologiques réalisés sur les seringues suscitent évidemment beaucoup d'intérêt. Notamment du côté des laboratoires. A la recherche d'innovation immédiate et visible par les utilisateurs, les laboratoires pharmaceutiques cherchent à améliorer leurs seringues pour renforcer leur image de marque auprès des médecins et des patients. Avant tout, leur attention se porte sur les systèmes anticontrefaçon et de traçabilité des seringues. « Si les laboratoires ne semblaient pas prêts à payer pour assurer la sécurité de leur packaging il y a cinq ans, ils se montrent aujourd'hui fortement intéressés avec les problèmes croissants de la contrefaçon de seringues en Inde et en Chine », note Nicolas Bralet. C'est pourquoi BD Medical-Pharmaceutical Systèmes propose un embout de protection rigide en plastique, le BD Plastic Rigid Tip Cap (PRTC), qui peut intégrer un témoin d'inviolabilité.

En parallèle, une autre voie de développement pour la seringue passe par l'adoption de systèmes pour éviter les piqûres accidentelles d'aiguille. « S'il n'est pas encore obligatoire d'équiper chaque seringue d'une sécurité antipiqûre en Europe, l'obligation est déjà en vigueur aux Etats-Unis », note Karim Benazzouz, chef de produit « produits de sécurité » chez BD Medical-Pharmaceutical Systèmes.

De plus, en Europe, un marché tel que l'Allemagne a déjà promulgué une loi préconisant la mise en place de ces systèmes pour des opérations à risque telles que l'injection de médicaments à des personnes atteintes du Sida. « Il est donc probable que la pratique va se généraliser dans les cinq prochaines années », selon Karim Benazzouz.

La plupart des développements en cours et à venir dans le domaine de l'injection reposent donc sur la seringue et l'aiguille comme éléments de base. Parler d'injection sans aiguille est toujours difficile aujourd'hui car l'opération n'est pas assez connue pour l'industrialiser à grande échelle dans les prochaines années.

D'autres sociétés américaines telles que Bioject et Weston ont des projets similaires à ceux de BD Medical-Pharmaceutical Systèmes dans l'injection sans aiguille, mais ils se heurtent aux mêmes difficultés de reproductibilité et d'efficacité des dispositifs. Sans compter un problème de dispersion du produit injecté sous la peau. Autre innovation dont les contours ne sont pas encore bien cernés : le patch dermique, qui devrait arriver sur le marché d'ici cinq à dix ans. A suivre...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

500 000 euros pour Packitoo

500 000 euros pour Packitoo

La plate-forme collaborative a réalisé un chiffre d'affaires de 120 000 euros. - Créé en juillet 2017 par Corinne Loustalet et Thomas Othax, Packitoo a levé 500 000 euros auprès d’Adour[…]

15/11/2018 | DesignInvestissement
Icma célèbre ses 85 ans avec un nouveau logo

Icma célèbre ses 85 ans avec un nouveau logo

Delacre poursuit ses éditions caritatives

Delacre poursuit ses éditions caritatives

Sub accompagne Jordans vers les plus jeunes

Sub accompagne Jordans vers les plus jeunes

Plus d'articles