Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Axipack mise sur les feuilles en polypropylène pour la cosmétique

OD

Sujets relatifs :

 

Spécialiste des feuilles de polypropylène, Axipack (British Vita) ne cache pas ses ambitions. Etablie à Ruitz (Pas-de-Calais), la société achève un programme d'investissements de 5,5 millions d'euros, qui lui aura permis de porter sa capacité de 7 000 à 12 000 tonnes en 2003. Axipack a notamment consacré 2 millions d'euros à la mise en place d'une ligne d'extrusion - unique en Europe - capable de produire des feuilles de polypropylène d'épaisseur très faible, à partir de 120 microns. La capacité de cet équipement, pour lequel la société bénéficie d'une exclusivité d'un an, est de 1 300 tonnes par an. Intérêt de ce procédé mis au point au Japon ? La très grande transparence obtenue qui correspond à la demande du marché, de la cosmétique notamment. Et le prix s'avère inférieur de 20 à 30 % aux équivalents actuels en polychlorure de vinyle (PVC) ou en polyéthylène téréphtalate (PET). Le poids est, en outre, inférieur de 45 % par rapport au PVC. « L'objectif est de devenir l'incontournable en polypropylène des arts graphiques et, plus précisément, dans l'emballage de luxe », explique Daniel Porez, directeur du site, et l'un des trois fondateurs de la société. Axipack a notamment mis au point, avec ses transformateurs, un étui de faible épaisseur qui pourrait être utilisé par des grands noms comme L'Oréal, Dim ou Eminence. Un étui sera également élaboré pour plusieurs maisons de champagne, dont Pommery, pour la fin d'année. Si l'entreprise réalise aujourd'hui seulement 20 % de son chiffre d'affaires dans l'emballage, ce ratio devrait « atteindre 50 % dans les deux ans », espère Daniel Porez. Un investissement majeur pour l'acquisition d'une nouvelle machine d'extrusion calandrage pour des feuilles très fines doit être décidé au troisième trimestre 2003. Si le marché le permet... Né en 1995, Axipack a été racheté en 1998 par Carolex, une filiale du plasturgiste britannique British Vita. En cinq ans, l'activité s'est envolée, pour passer de 6,4 millions d'euros à 18,3 millions cette année dont 50 % à l'export. L'effectif a, par ailleurs, doublé depuis 2000 pour atteindre 85 personnes. La société, qui dégage un cash flow de 13 à 15 %, table pour 2003 sur un chiffre d'affaires de 20,6 millions d'euros.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Becton Dickinson crée 300 emplois au Nebraska

Becton Dickinson crée 300 emplois au Nebraska

Le fabricant de technologies médicales a investi 200 millions de dollars sur son site de Columbus aux États-Unis. – Une nouvelle fois, c’est dans l’État du Nebraska aux États-Unis que Becton[…]

14/11/2018 | Investissement
Une nouvelle Gallus chez Jacquelin

Une nouvelle Gallus chez Jacquelin

CCEP France investit à Socx

CCEP France investit à Socx

Omron ouvre sept laboratoires en Europe

Omron ouvre sept laboratoires en Europe

Plus d'articles