Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Armor Délices double ses madeleines

COR

Sujets relatifs :

 

Etabli à Guingamp (Côtes-d'Armor), Armor Délices double sa production de madeleines à l'ancienne. Créée en 1989 par Yvon Le Nevez avec trois salariés, la société a d'abord été mono-produit et sortait 10 000 madeleines par jour. Elle en produit aujourd'hui 200 000 par jour à raison de 11 000 unités par heure. Avec sa nouvelle ligne de production, elle produira 22 000 madeleines à l'heure fin novembre 2005. Armor Délices a bâti une nouvelle usine de 2 100 mètres carrés sur le même site, pour un investissement de 1,2 million d'euros.

Pétrins. L'entreprise y installe ses pétrins séparés à l'ancienne dont la pâte alimentera une ligne de l'italien Pollin installée par les sociétés bretonne Aréa situées à Coray (Finistère) et Emballages Technologiques à Quimper (Finistère). A partir de l'enrouleuse de pâte, tout sera entièrement automatisé avec des robots de la cuisson jusqu'au démoulage. Une autre ligne, fournie par l'italien Cavanna (Italie), prendra le relais pour le conditionnement en 27 références. Des sachets de 10 pièces jusqu'au carton de 100 pièces en passant par les coffrets métalliques comme pour Fauchon. L'ensemble de la ligne mesurera 84 mètres de longueur. Chaque madeleine pèse 33 grammes.

Montée de la MDD. « Le marché de la madeleine à l'ancienne est en progression. Et nous voulons nous développer à l'exportation, en particulier aux Etats Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne », détaille Yvon Le Nevez, président de la SAS. Armor Délices produit à 85% sous sa marque, Madeleine d'Armor, le reste allant en marques de distributeurs (MDD). Mais le président note une demande accrue pour la MDD, notamment de la part des grands distributeurs désireux de contrer le hard discount. L'équilibre, estime-t-il, devrait tendre vers les 50-50. Avec cet investissement global de 2,5 millions d'euros, Armor Délices , qui propose au total trois produits, veut soutenir sa croissance. L'entreprise emploie 33 salariés permanents, et réalise 8,2 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’usine d’anodisation d’Aptar renaît de ses cendres à Annecy

L’usine d’anodisation d’Aptar renaît de ses cendres à Annecy

Le site haut-savoyard spécialisé dans la colorisation des pièces métalliques par traitement chimique a inauguré sa nouvelle unité de production, la précédente ayant été[…]

Soprema ouvre la voie du recyclage des PET complexes

Soprema ouvre la voie du recyclage des PET complexes

À quand l’eau de Divonne ?

À quand l’eau de Divonne ?

Nippon Shikizai investit en France pour fournir la cosmétique européenne

Nippon Shikizai investit en France pour fournir la cosmétique européenne

Plus d'articles