Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Arcelor jette une lumière crue sur la filière de l'emballage métallique

Sujets relatifs :

, ,
 

NewCo est mort, vive Arcelor : après les dernières tractations entre les trois partenaires sur la composition du capital (Lire Ei 55 et 597) qui ont donné au français Usinor 53,8 % du capital, au luxembourgeois Arbed, 23,9 % et à l'espagnol Aceralia, 22,3 %, le nouveau numéro un mondial de l'acier est né. Arcelor a été porté, le 12 décembre, sur les fonts baptismaux à Luxembourg où se situe son siège. Arcelor affiche un chiffre d'affaires de 30 milliards d'euros, une capitalisation boursière de 6 milliards d'euros, 110 000 salariés et une production de 45 millions de tonnes d'acier. Soit une part de marché mondiale de... 5 %. Autant dire donc que le marché reste atomisé : le plus proche concurrent, le japonais NKK-Kawasaki, détient 4 % de parts de marché avec une production de 34 millions de tonnes. Francis Mer, patron d'Usinor devenu celui d'Arcelor, est clair : « Les prochains mois seront importants pour Arcelor quant à la manière dont le paysage sidérurgique mondial va se transformer. La sidérurgie américaine est en faillite. Il y aura des changements importants dans les prochains trimestres. Arcelor, dans la mesure de ses moyens et dans le cadre de sa stratégie, participera à cette consolidation ». Plutôt aux Etats-Unis et au Japon qu'en Europe. Le groupe envisage de dégager 700 millions d'euros de synergies en 2006. Avec à la clé des suppressions d'emplois - de 1 000 à 7 000 selon les estimations - et des fermetures de sites. Francis Mer se montre direct : « Ce n'est pas un objectif de puissance mais un objectif de survie. » Ramenée à l'emballage métallique, cette fusion jette une lumière encore plus crue sur une filière malmenée. Le Syndicat national des fabricants de boîtes, emballages et bouchages métalliques (SNFBM) tablait, en juin dernier (Lire Ei 74), sur une baisse globale de l'activité de l'ordre de 1 % en 2001. Pour l'année 2000, l'acier a reculé de 4,1 % à 957 millions d'euros de chiffre d'affaires. Les entreprises affichent logiquement de mauvais résultats. Conclusion : la hausse des prix est inévitable. Usinor Packaging et Crown Cork and Seal Food Europe (Lire 599) annoncent ainsi jusqu'à 10 % d'augmentation pour le mois de janvier. Mais augmenter les prix sur un marché tendu relève de l'équation bancale. Surtout quand Starkist (Heinz) transfère son thon du métal aux sachets en plastique...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Conserve et gastronomie font bon ménage

Conserve et gastronomie font bon ménage

William Saurin et Crown ont fait appel au chef Olivier Bellin pour démontrer les capacités de montée en gamme de l’offre de l’un et de l’autre. - L’industrie de la conserve veut capitaliser ses[…]

13/10/2020 | AcierConserves
Mauser se renforce en Italie

Acquisitions

Mauser se renforce en Italie

Rasselstein célèbre le centenaire d’Andernach

Anniversaire

Rasselstein célèbre le centenaire d’Andernach

Crown lance son programme de durabilité Twentyby30

Economie circulaire

Crown lance son programme de durabilité Twentyby30

Plus d'articles