Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Après deux ans de marche forcée, Imaje table sur une consolidation

GS

Sujets relatifs :

,

Après un investissement de 7 millions d'euros dans de nouveaux locaux sur le site de Bourg-lès-Valence (Drôme), opérationnels fin 2002, le français Imaje (Dover) marque une pause et se donne les moyens de faire face à une nouvelle croissance. Avec 3 000 mètres carrés de plus, la surface de production de consommables a été multipliée par quatre. Grâce à cela, la logistique des encres et des solvants est désormais séparée des ateliers de montage des machines. La zone de stockage et de préparation de commandes gagne 1 000 mètres carrés. Et les bâtiments de recherche et développement prennent aussi de l'ampleur. Avec une capacité de production globalement accrue de 25 % et une logistique à une bonne hauteur, Imaje peut désormais voir venir. Cet investissement marque sans doute le point d'orgue d'une politique menée tambour battant par Omar Kerbage, le Pdg de l'entreprise, qui a succédé à Albert Journo en 1999. Sous son égide et en trois ans seulement, le chiffre d'affaires a bondi de plus de 120 millions d'euros à 210 millions en 2001 sans compter l'année 2002, « en forte progression ». Une véritable marche forcée où la course à la taille a été menée parallèlement à la concrétisation d'un credo fort : passer d'une culture ingénieur à une culture de marché. De ce fait, « l'organisation du groupe a changé brutalement et en une seule fois », constate Omar Kerbage. De spécialiste du jet d'encre dévié, Imaje est aujourd'hui devenu un généraliste du marquage grâce au rachat du suédois Markpoint dans les grands caractères et à l'accord passé avec Rofin Sinar dans le laser. Et le drômois est passé du statut de fournisseur de produits à celui de société de services, spécialisée dans les solutions de marquage, grâce au rachat d'Adhoc Logiciel en 2001, à la création d'un centre de développement de logiciels à Bangalore, en Inde où au développement d'Imaje World Wide Service (IWWS). Mais, si les années 2000 à 2002 ont été des années de transition où pas moins de 40 millions d'euros ont été consacrés aux rachats et aux investissements, l'année 2003 s'annonce comme une année de consolidation. « La mutation de l'entreprise est désormais achevée », assure le trépidant Omar Kerbage.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

La demande de machines a progressé en 2018

La demande de machines a progressé en 2018

Regroupés au sein du Secimep, les importateurs de matériel d'emballage, de process, de marquage et de contrôle font état d’une hausse du marché français de 6% et prévoient des embauches.[…]

Nigel Bond passe la main chez Domino

Carnet

Nigel Bond passe la main chez Domino

ProMach se renforce dans le codage

Acquisitions

ProMach se renforce dans le codage

Gida code avec Linx

Investissement

Gida code avec Linx

Plus d'articles