Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

HS

Sujets relatifs :

Diffusées dans la presse tout au long de l'été, les pleines pages bleues de publicité d'Alcan vantant les bénéfices de l'opération n'y ont rien changé : les discussions entre le canadien Alcan et le français Pechiney sont au point mort. L'offre publique d'achat (OPA) lancée par le canadien (lire 671) sur le français se solde, pour le moment, par des fins de non-recevoir signifiées à coup de communiqués et de déclarations. Le 18 août, Alcan a fait savoir qu'il avait notifié, le jeudi 14 août, à la Commission européenne son offre publique d'achat (OPA) sur Pechiney. Les conditions sont inchangées : le prix reste notamment fixé à 41 euros. Mais Alcan se montre très ferme sur le calendrier : le fabricant d'aluminium et d'emballages se fixe le 29 septembre comme date butoir. Selon la décision de la Commission à l'issue de la première phase d'examen du dossier qui se clôt à cette date, Alcan maintiendra ou arrêtera son OPA. Le canadien dit ne pas vouloir l'enquête approfondie de la phase II. C'est pourquoi, ouvert à de nombreuses concessions, Alcan se dit prêt à renoncer à sa participation de 50 % dans le plus grand laminoir européen - AluNorf - en Allemagne, dont le norvégien Norsk Hydro possède l'autre moitié, ou encore à céder les boîtiers pour aérosols. Soit, au total, entre 4 % et 5 % des actifs cumulés après la fusion. Pechiney, de son côté, fait la sourde oreille. Son Pdg, Jean-Pierre Rodier, qui estime que le groupe peut « poursuivre seul encore longtemps » sa route, a même parlé de « rapt », tandis que des cadres du groupe évoquaient un « vol à l'étalage ». De fait, Pechiney estime que le prix proposé par Alcan est largement insuffisant, tandis que le canadien a réaffirmé sa position sur RTL, le 19 août, en indiquant qu'il n'augmentera pas le prix de son offre « sans informations supplémentaires ». C'est ce qu'a déclaré son vice-président, Daniel Gagnier, qui précisait que « l'évaluation ou la valorisation qui a été faite par Alcan est juste ». L'offre d'Alcan valorise le français à 3,4 milliards d'euros. Pechiney pourrait maintenant annoncer un accord avec un chevalier blanc ! Tel que l'américain Alcoa, l'anglo-néerlandais Corus, le norvégien Norsk Hydro ou encore le britannique Rio Tinto... Le feuilleton continue.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Greiner cède ses boîtes composites

Greiner cède ses boîtes composites

Filiale de l'autrichien Greiner Packaging International, Greiner Packaging Suisse, cédera au 31 mai prochain son activité dans les boîtes composites au leader européen de la spécialité, l'allemand Weidenhammer. Le montant de la transaction[…]

09/02/2009 |

Impress signe avec Megasa

Impress signe avec Megasa

Plus d'articles