Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

4G porté par la salade en sachets

COR

Sujets relatifs :

,
 

Spécialiste du conditionnement de salades en sachets créé en 2001 et établi à Mâcon (Saône-et-Loire), 4G Vert Désir, 85 salariés, a engagé 1,6 million d'euros pour porter ses locaux de 2 100 à 3 800 mètres carrés. Pour développer sa propre marque Vert Désir ainsi que les marques de distributeurs (MDD) telles que Repère chez Leclerc, Terre et Saveur chez Casino, Auchan chez Auchan et Atac ou encore Belle France chez G20 et Coccinelle, l'entreprise a investi 700 000 euros en équipements. Sur 2004 et 2005, elle aura injecté 1,15 million d'euros dans son outil de production. Opérationnelle depuis janvier 2003, l'usine produisait 5 millions de sachets la première année contre 12 millions en 2004. Dans ce secteur, les ventes progressent de 10 % par an en grandes et moyennes surfaces (GMS) depuis de nombreuses années. Sauf en 2004 où elles n'ont augmenté que de 5 % en volume. « 4G a progressé de 100 % en 2004/2003 et prévoit une hausse de 50°% en 2005/2004 », souligne Gilles Jacquemin, le directeur général.

Vingt minutes. Sur le plan industriel, les salades de plein champ, en provenance de vingt maraîchers, sont immédiatement réfrigérées à 4 °C. Transportées par camions frigorifiques à l'usine, elles subissent l'agréage. Cette opération de validation porte sur quelque trente critères. Les lots retenus sont alors transférés sur une ligne de transformation semi-automatique pour le parage, une opération manuelle qui sépare les trognons et les feuilles tendres du coeur des autres feuilles, lesquelles sont automatiquement convoyées sur un tapis en amont et aspirées dans des conteneurs de 30 mètres cubes destinés à la consommation animale. La salade est ensuite lavée à 12 °C, rincée et refroidie à 2 °C plusieurs fois dans des bacs avec mouvements d'avancée d'air et d'eau avec un volume de trente litres d'eau par kilo de salade.

Piège à insectes. Viennent ensuite le piège à insectes et le rinçage, puis le passage dans une salle pressurisée et équipée d'air filtré de type salle blanche pour l'essorage dans des machines à vitesses de rotation différentes selon la variété et la saison. Les salades sont pesées dans une machine qui comporte 14 têtes, soit 14 balances gérées informatiquement, descendent dans une ensacheuse, un tube conformateur qui reçoit des films à plat et les transforme en coussins incompressibles et étanches, y imprime la date limite de consommation (DLC) et le numéro de lot qui, avec le code à barres, assurera la traçabilité « de la graine à l'assiette ».

Détecteur de corps étrangers. Les sachets passent ensuite par le détecteur de corps étrangers métalliques et tombent sur une table tournante d'accumulation. La mise en carton se fait manuellement de façon à vérifier que les sachets n'ont pas de fuite. Il s'est écoulé vingt minutes depuis la sortie de la chambre froide. Le sachet est vendu en moyenne à 1 euro dans la grande distribution.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

La valve SimpliCycle d’Aptar est recyclable

Economie circulaire

La valve SimpliCycle d’Aptar est recyclable

Le spécialiste des systèmes de distribution a conçu un dispositif en élastomère thermoplastique qui peut être traité dans les flux d’oléfines et s’intéresse au vrac. -[…]

30/10/2020 | BoissonsPlastiques
Verallia se dote d’une raison d’être pour favoriser les emballages durables

Stratégie

Verallia se dote d’une raison d’être pour favoriser les emballages durables

Le changement dans la continuité à la tête d’Oeneo

Carnet

Le changement dans la continuité à la tête d’Oeneo

Germark se tourne vers la métallisation numérique

Investissements

Germark se tourne vers la métallisation numérique

Plus d'articles